Une initiative du Centre Public d'Action Sociale de la Louvière

Accompagner, former

Faire germer

Implantée sur un site naturel et patrimonial d'exception, à Strépy-Bracquegnies, commune rurale historique de la région du Centre, la Ferme Delsamme est une entreprise de formation par le travail (eft) qui dépend du CPAS de La Louvière. En tant que centre d'insertion socio-professionnelle (cisp), elle est active dans cinq filières de formation : le maraîchage biologique, l'entretien d'espaces verts, les techniques du spectacle et de l'événementiel, la formation d'ouvriers polyvalents et la restauration.

 

Elle a pour objectif la réinsertion socioprofessionnelle de personnes connaissant des difficultés sociales, culturelles, familiales ou autres. Les formations s’adressent aux demandeurs d’emploi, aux bénéficiaires du revenu d’intégration, aux personnes reconnues par l’awiph ou aux personnes sans revenus.

 

Les techniques enseignées permettent la production de biens ou de services visant la socialisation et l'autonomisation des stagiaires, mais aussi l'acquisition de connaissances, d'aptitudes, d'attitudes et de comportements socioprofessionnels devant faciliter leur insertion dans le monde de l'emploi. Pour cela, la formation est assortie de cours techniques et théoriques adaptés au participant. 

Le choix du site et l'importance donnée à l
a culture maraîchère en serres et en plein champ (semis, plantations, soins, récolte, préparation) sont éminemment symboliques, en ce qu'ils contribuent à imager l'expérience de renouveau ou d'éclosion vécue par le participant. Nos formateurs encadrent, transmettent,  mais permettent surtout à chacun de se réaliser au travers d'un projet, tout à la fois individuel et collectif. 

 

La Ferme dispose en outre d'une épicerie spécialisée dans l'alimentation bio : fruits, légumes, farineux, céréales, produits laitiers, boissons... Les produits récoltés à la ferme rentrent également dans la composition de paniers assortis, proposés sous la forme d’abonnement : recevez chaque semaine votre panier de légumes. Cette formule originale vous permet de déguster des produits frais et de saison mais aussi de partir à la découverte de légumes oubliés comme les panais, les topinambours, la rutabaga, etc. Le tout livré avec des conseils et des recettes. Cette conciliation du circuit-court, de l'alimentation bio et de l'entraide sociale sont autant de raisons de faire le bon choix... nous visiter et participer à ce projet ouvert à tous !

La FERME DELSAMME, finaliste du prix HAINAUT HORIZONS 2019, a reçu le prix du public ! Merci pour votre vote !

 

LE SITE

Strépy-Bracquegnies, quel nom étrange ! Pour la plupart, ce village est connu pour son ascenseur à bateaux, situé à Stépy-Thieu, mais aussi grâce à l'historique figure de Saint-Vincent, originaire de la commune.

Rappelons que le VILLAGE DE STRÉPY est l'un des plus anciens du Hainaut ; des documents antérieurs au XIIe siècle l’attestent. A cette époque, la localité portait le nom de Sterpia. Puis, par la suite, Siterpies in Charboneria, Stirpeia, Sterpiz, Exterpy. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que la dénomination Bracquegnies est venue s’adjoindre à ce premier nom.

Selon certaines sources, le village Stirpiacum tirerait son nom du latin stirp(u)s « souche », suivi du suffixe (-i)-acum d'origine gauloise, marquant la localisation ou la propriété. Stirps a pu être utilisé comme nom de personne, d'où le sens global de « propriété de Stirpus » ou encore comme nom commun, d'où le sens global de « terrain, endroit (plein de) des souches ». Sterpis  peut aussi renvoyer au verbe « extirper » et au bas-latin stirpetium. Dans ce cas, l’origine étymologique désigne le défrichement (silva extirpata : arracher la forêt ), de la même manière que le Roeulx, village avoisinant, tirerait son étymologie du mot germanique röde qui signifie essart, c'est-à-dire terre rendue cultivable après défrichage.

 

De nombreuses découvertes attestent de la présence continue de peuplades sur le sol de Strépy. L'origine de ces occupations remonterait au paléolithique ou, au moins, au néolithique comme en témoigne la découverte d'artefacts en silex.

Rappelons aussi que c'est en 607, dans une ferme fortifiée ayant occupé le site d'une ancienne villa romaine, la ferme de Sotteville (à proximité immédiate de l'actuelle Ferme Delsamme), que Strépy voit naître "Vincent" Madelgaire. Madelgaire fréquentait la cour de Dagobert Ier, puis de Sigebert III et accomplit différentes missions en Irlande dont il revint avec de fervents évangélistes, dont Feuillien et ses frères, UltanFursy. Il fondera l'une des familles les plus connues du Hainaut en épousant Waudru. En effet, après avoir élevé leurs enfants, l'un et l'autre se tournent vers une vie religieuse, fonder respectivement les villes de Soignies et de Mons, être canonisés et devenir les Saints protecteurs de ces deux villes.

Au Moyen Âge, Strépy tirait essentiellement ses richesses de l’agriculture et de l’élevage. et bien qu’on y ait trouvé et exploité du charbon de terre dès le xive siècle ce n’est vraiment qu’à partir de 1715 que cette exploitation de la houille devint organisée.

Plus récemment, une nouvelle forme de tourisme s’y est développé de par la présence du fameux "canal du Centre" œuvre majeure du patrimoine industriel de la région qui est d’ailleurs inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco mais aussi de celle du nouvel ascenseur funiculaire de Strépy-Thieu, un fleuron de génie civil.

 

ET LA FERME, DANS TOUT CELA ?

Si le bassin louviérois est une région essentiellement industrielle, son paysage est également jalonné de fermes. Beaucoup d'entre elles ont cependant perdu leur vocation agricole. 

 

La ferme Delsamme, elle, date du XVIIIe siècle. L'ancienne cadran solaire, toujours conservé sur le porche-pigeonnier d'entrée, arbore la date de 1793. Elle se situe sur la place à proximité de l'église Saint-Martin et de la cure. Les terres la jouxtant s'étendent jusqu'aux étangs de pêche et ceux de la réserve naturelle.

De forme carrée, répartie autour d'une cour pavée, on trouve des bâtiments chaulés en briques, moellons de grès ou de calcaire. Elle a été remaniée dans le courant des XIXe et XXe siècles. Elle conserve sa grange en long soutenue sur toute la longueur par sept contreforts, et un cachet rappelant les exploitations fermières d'autrefois.

La ferme appartenait à la famille Delsamme, qui l'exploita pendant de nombreuses années, jusqu'en 1941. Elle passera ensuite dans les mains de différents propriétaires, avant son rachat par la Ville de la Louvière en 1985. À partir de  1990, s'y installe le Centre d'interprétation de la vie agricole en région industrielle, jusque 2001. L'asbl Les étangs de Strépy y occupent également un local dans le cadre du comité "pêche".

 

S'il faut attendre la fin des années 1990 pour qu'un projet concret soit soit mis sur pied et que les travaux de rénovation commencent, c'est en 2002 que la ville conclut un bail avec le CPAS de la Louvière en vue de développer son projet d'économie sociale intégrant à la fois une dimension sociale, économique, écologique et pédagogique. C'est ainsi que le 19 octobre 2002, l'EFT Ferme Delsamme est inaugurée. Située sur une propriété de 3 hectares, la moitié est occupée par des terres de production. Depuis 2003, le CPAS développe un vaste plan de rénovation du site. Plusieurs espaces vont être aménagés : des locaux réservés aux stagiaires et à l'équipe encadrante, un magasin afin de diversifier la gamme de produits proposés, des locaux pour renforcer l'accueil sur le site de la clientèle et des visiteurs, ainsi qu'un restaurant.

À partir de ce moment, l'Entreprise de Formation par le travail, devenue Centre d'insertion socioprofessionnelle, se spécialisera dans 5 filières de formation, portées par des formateurs qui ont fait le visage et l'esprit du lieu : le maraîchage biologique, l'entretien d'espaces verts, les techniques du spectacle et de l'événementiel, la formation d'ouvriers polyvalents et la restauration.

Dans le registre touristique, il faut souligner la présence, à proximité immédiate de la Ferme, d’un véritable petit trésor naturel : LES ÉTANGS DE STRÉPY. Milieux aquatiques et terrestres diversifient les espèces et familles présentes à cet endroit. Le site présente un grand intérêt ornithologique ainsi que phytosociologique : on y rencontre des roselières, des saulaies marécageuses, une formation des vases exondées dominée par les bidents, des tapis de lentilles d'eau, des prairies humides à pulicaire, etc. Prairies et pâturages entourant les étangs regorgent eux aussi de plantes et animaux à découvrir. Les étangs de Strépy constituent véritablement une réserve naturelle des plus intéressantes. Raison de plus pour la protéger, pour la visiter, pour la connaître et mieux l’apprécier. Un lieu de rendez-vous apprécié des pêcheurs, de promenades en famille ou de convivialité entre amis (autour d'un verre, au Chalet des Étangs)...

245_001